Publié par : lukmah | 11 novembre 2012

Pendant ce temps-là, dans une banlieue de Philadelphie…

De l’élection présidentielle aux États-Unis d’Amérique

’Four more years’’  donc…  à Harlem, le mardi 6 novembre, le soleil était au rendez-vous pour la grande journée d’élection quand je m’y promène sur mon brompton. ‘’Four more years’’ est  sur toutes les lèvres et les sourires.  Dans ce quartier black, on espère bien voir le premier président afro-américain repartir pour 4 ans.

Dans le New-York post-ouragan Sandy, mis à part quelques bureaux de campagnes et les halls de gym transformés en bureaux de vote, les élections ne sont pas très visibles jusqu’au début de soirée. La vie continue. On est très loin d’un dimanche belge où la grand messe électorale déplace tous les électeurs vers les bureaux de vote…

L’Etat de New-York étant tout acquis aux démocrates, on ne voit d’ailleurs presqu’aucune affiche ou slogan sur les murs…

Il faut donc attendre le soir pour que les bars s’animent autour de CNN et que Times Square se transforme en studio géant. Les résultats s’y déroulent sur des immeubles entiers. Les publicités pour voitures et autres déodorants font place aux couleurs rouge et bleu tandis que les visages de Romney et Obama s’étalent sur des dizaines de mètres de hauteur…  nous y voila.

L’Empire State Building vire au bleu vers 23h. Obama est president. ’Four more years’’

Pendant ce temps-là  en Pennsylvanie, dans les banlieues noires de Philadelphie, les bureaux de vote sont fermés aussi.  Et les dizaines de volontaires du Parti Démocrate soufflent enfin : Obama l’emporte ici aussi…

La journée a été longue pour surveiller le déroulement du vote, assurer que tout un chacun puisse voter, prévenir les intimidations ou les disqualifications injustifiées d’électeurs. Des centaines de juristes bénévoles ont ainsi été dépêchés dans les district stratégiques par le Parti Démocrate (cf le NYT du 2 novembre).

Et ce n’était pas gagné : la Pennsylvanie (avec son gouverneur républicain) est un des  14 états ayant fait passer ou essayer de faire passer des lois qui, sous le couvert d’assurer un meilleur processus électoral, rendaient plus difficile pour certains d’exercer leur droit de vote. Certains ? Essentiellement les Afro-Américains, les jeunes, les personnes âgées et pauvres. Qui ont en commun d’être majoritairement pro-démocrates.

Au centre des débats, l’obligation de produire une ID avec une photo et/ou une adresse…dans un pays où 21 millions de personnes n’ont pas de cartes d’identité gouvernementales (soit 11 % de la population).

Pour de nombreuses personnes issues de milieux défavorisés, souvent black, aller voter représente un acte fort… on a pris congé si on a un boulot, on s’est déplacé alors qu’on a n’a pas nécessairement de voiture. La frustration  et le sentiment de discrimination n’en sont que plus intenses quand, sans raisons apparentes, leur nom ne se retrouve pas sur la liste de leur bureau de vote…

Dans la plus vieille démocratie de ce monde, les élections présidentielles sont un processus complexe, un exercice démocratique incroyable par son ampleur… mais à l’image des USA, elles laissent des milliers de personnes sur le côté, inégales devant le système. Avec quelles conséquences ?

—————-

La reforme du système électoral fédéral aux USA est une problématique aux enjeux énormes, particulièrement mise en lumière par les élections de 2000 lorsque Georges W. Bush l’emporta sur le fil, sauvé par l’arrêt des recomptages en Floride de par une décision de la Cour Suprême.

Deux commissions  bipartisanes se sont penchées sur la question en 2001 et 2005. Sans grands effets, semble-t-il pour l’instant.    Robert A. Pastor, ancien directeur exécutif  de la Carter-Baker Commission on Federal Election Reform  qui recommandait en 2005 de meilleurs données sur les fraudes d’électeurs et l’instauration d’un système d’identification des électeurs, a déclaré au Wall Street Journal  “Republicans have a legitimate concern about the integrity of the ballot.Democrats have a legitimate concern about access. Good electoral policy is one that incorporates both, but we’re not seeing that happen today.”

Merci Claire, Isabelle, Nicolas et Raph’ pour ce temps new-yorkais!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :