Publié par : lukmah | 20 avril 2013

Voir Cancun et partir

IMG_0928Pour qui aime le sable blanc, les palmiers et la mer bleue azur, j’imagine que Cancun et toute la Riviera Maya s’approchent de l’idee du paradis…

De mon cote, dans toute cet etalage de chairs encore plus impressionant parfois que ces expos bizaroides faites de cadavres, mon corp bicolore de blond cycliste contraste sur ces plages de carte postale avec le rouge homard d’Europeens trop presses du bronzage ou le brun/noir des habitues de cette gringolandia…

Belize

Le trop chaud Belize a transforme 10 jours de velo en trois etapes de suee tropicale* et une grosse semaine de standby sur la cote caraibe du Mexique. Entre gringos, burger-king, backpackers collectionneurs de ruines et de cenotes, dire que je n’adore pas ca est un euphemisme…

Mais bon, en lieu et place du guidon, je m’empare des livres que je traine depuis Montreal dans mon trop lourd paquetage pour ces chaudes tropiques. Je termine ainsi La convivialite de Ivan Illitch sur une plage entoure de bronzeurs Ipodant ou Ipadant (en lieu et place de discuter) dans les petarades des jetskis et sous les parachutes bateautractes…

IMG_0866Dans cette ambiance, etrange de lire cet extrait: « Il faut apprendre a renoncer, ce qui ne s’apprend pas a l’ecole, apprendre a vivre a l’interieur de certaines limites (…) La survie humaine depend de la capacite des interesses a apprendre vite par eux-memes ce qu’ils ne peuvent pas faire. (…) Il est impossible d’enseigner la renonciation joyeuse et equilibree dans un monde totalement structure en vue de produire toujours plus et de creer l’illusion que cela coute toujours moins cher. » Ecrit en 1973… hum hum!

Hophophop pour un peu plus de sens, direction l’Europe! (et ce dans un aeronef gros et polluant… hum hum!)

Au plaisir de vous revoir bientot! (notion assez souple pour etre une semaine ou 3 mois selon les opportunites/envies)

———————————-

* Sur les 260 km que je roule dans le sud du Belize avant de replier le brompton, j’ai tout de meme le temps de voir de droles de panneaux signalant le passage de charettes mennonites, de partager une nuit dans un school bus avec des cucarachas dignes du Bangladesh ( Hotel Center Point !), constater l’influence toute british sur ce pays si vide (une capitale de 15.000 habitants dans une pale copie du concept de Brasilia dotee d’un aeroport rigolo ) et croiser Laurent Simon, cycliste qui a toute mon admiration de pedaler comme cela dans la chaleur centramericaine pour Plan France.


Responses

  1. Savoir partir, savoir se quitter….
    Ma lettre d’au revoir aux parents,collègues commencent par ces mots.
    Drôle de coïncidence
    Je conclue que voilà une nouvelle expérience que m’offre la vie……
    Merci pour ta carte reçue, ce 19/4 et bon retour sur notre vieille Europe pour de nouvelles aventures.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :