Publié par : lukmah | 15 mai 2013

L’Europe, chemin faisant

IMG_10576 jours après avoir atterri à Madrid et retrouvé, avec soulagement, la fraicheur du printemps européen, ai pris la route de Burgos pour y entamer, à pied, le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

Histoire de changer de rythme et, j’allais m’en rendre compte au fil des sentiers, retrouver le Vieux Continent.

Pour vous donner une idée, a l’image de ces 580 km et 17 jours de marche: petit essai multilingue sur ces retrouvailles avec l’Europe. (Les correctrices/eurs sont les bienvenuEs!)

Claro: hay una diversidad increíble de idiomas en Europa y eso se encontra también en el « Camino ». Entre la Meseta de Burgos y los Montes de Leon se habla francés, alemán, inglés, checo, holandés, bulgare, sueco, italiano… sin hablar de las diferentes lenguas adentro de España : castellano, gallego, catalán, euskera… Y de la lengua a las identidades y los deseos, mas o menos fuertes, de independencia, hay a menudo solamente algunos minutos de conversación… Especialmente cuando un Belga conoce a un chico de Cataluña, dos señoras del Pais Vasco o tres Irlandeses católicos de Ulster (y que tienen un pasaporte de la Republica!).

But if there is a lot of languages on the Camino, most of the « Pilgrims » can’t speak Spanish and so the communication with the locals or the numerous spanish pilgrims will often stop after « Buen Camino ». I realized how lucky I was to speak/gabble in other languages than French.

« I am so frustrated » told me so Steen with who I shared a room of the townhall of a tiny village, the local « albergue ». For this sixty years old Dane, the spanish people he met remained individuals with who he was unable to communicate, and, by the way I discovered, he couldn’t nuance his stereotypes about Spain (lazy people, thiefs, need to reform strongly their way of living to solve their economical problems…)

IMG_1112Steen ne comprend donc que parce que je traduis l’histoire de Luis-Miguel qui loge aussi cette nuit-là dans cette auberge publique. Économiste de 58 ans, il vient d’être prépensioné de la banque qui l’employait à Bilbao. « Une proposition que je ne pouvais pas refuser » dit-il dans un sourire triste en citant « Le Parrain »… Mesure de crise, il a été remplacé par un jeune payé 1000 euros le mois. Jeune qui a finalement de la chance de trouver du travail en Espagne : nombreux sont ceux qui quittent la péninsule pour l’étranger, faute de boulot. Le lendemain, on annonce 6 millions de chômeurs en Espagne.

Dans ce village, et comme dans nombreux autres traversés par le Camino, la majorité des maisons sont volets clos. Deserté, Itero del Castillo ne compte plus qu’une cinquantaine d’habitants, tous vieux. Extrait d’une conversation avec deux d’entre-eux sur la petite Plaza Mayor :  » Y los jovenes se fueron porque no hay trabajo aqua? »  » Pues hombre, si hay trabajo. En la agriculture. Pero, sabes, donde hubo trabajo para cinco, hoy hay para uno. » Et l’autre d’ajouter de derrière ses lunettes qui semblent avoir suivi les chevaux pour le labour :  » El tractor…« 

Luis-Miguel geht im der Camino zu machen der Übergang (« nicht leicht!« ) zwischen sein aktive leben und sein leben von junge Rentner. Christa, Italianere Bürgerin von Südtirol (und denn deutsch sprechend) macht die Pilgerfarht mit ihr Katholiken Glaube. Ein Glaube nicht geschlossen und schön zu sprechen mit… Même religion mais autre foi que celle de ce noblaillon du Bordelais, caricature d’une droite catholique française sortant des manifs contre le Mariage pour tous.

Te veel ontmoetingen om alles te vertellen. Twee meer met een Belgisch accent… In het klein dorp van Rabanal, heb ik het plezier om een beetje Nederlands opnieuw te spreken met Arthur. Student in Gent, vertrok hij te fiets de stad vand de graven van Vlaanderen. Martin, van La Louviere, ging ook te fiets naar Santiago (maar alleen vanaf Saint-Jean Pied de Port).

In deze ontmoetingen en onze gesprekken, komen vaak in mijn hoofd terug Edgar Morin en zijn complexe gedachte (en de ambivalentie Eenheid – Diversiteit) en Amin Maalouf en « Les Identités meutrières ».

Tout en me rapprochant de la Belgique et me faisant sentir plus européen que je ne le pensais…IMG_1155

Et m’émerveillant, qu’au delà des différences de cultures, de langues, d’histoires nationales et personnelles, à une table rassemblant autour d’une tortilla ratée (mi culpa) et quelques bouteilles de vin, sans une langue commune, 2 Italiens, 3 Allemands, un Belge, 3 Espagnols et un Suisse rient ensemble…

——————————————————————–

Marcher le Camino, c’est perso aussi changer drastiquement de rythme, rétrograder dans les vitesses. Ces 580 km sont les plus lents depuis être parti de Belgique il y a 10 mois. Vraiment amusant de découvrir comment cela peut être difficile de switcher de paradigme  et de lunettes habituellement de coureur ou de cycliste. Une trop longue étape de 47 bornes le 3e jour me fait ainsi marcher les 3 jours suivants une moyenne de 20 petits km, histoire de récupérer des genoux un peu valides… Dur dur l’apprentissage de la lenteur et du long terme…


Responses

  1. L’apprentissage de la lenteur et du long terme, belle phrase de méditation pour moi qui démarre sur le chemin de la pension.
    Vivre à uni autre rythme…..
    Et le long terme commence à se mesurer….
    De quoi laisser voguer mes idées …sans nostalgie et avec curiosité
    Bon anniversaire avec quelques jours (9) d’avance mais l’occasion de te le souhaiter m’est ici donnée

  2. Petite faute de frappe et d’orthographe à la relecture…
    Et étant sœur d’un prof de français, je corrige.. « M’est ici donnée  »
    Clin d’œil

  3. Coucou toi,

    merci plein pour ce mot multilingue… Ai pas tout compris of course! Comme je sais que tu ne seras pas scotch internet(et tant mieux!!!) je et fais encore la bizz pour la semaine prochaine et tes 29 ans… Tu rejoins vraiment certaines impressions que nous avons eues en marchant du puy en velay: mlange multitout… du plus radical au plus ouvert…

    Bon vent fils aim. Bizz Mom

    Date: Wed, 15 May 2013 19:50:43 +0000 To: berghmansbernadette@hotmail.com

    • 28 ans tres chere mere :))

    • Hallo Luc
      Ki sundor lekhecho
      Très content de lire sur stjaques
      Le chemin que j’ai fait depuis la belgique avec 2 (autres:-) jeunés délinquants

      Joli!
      Un ami à moi frans vient d’écrire un livre sur son pèlerinage avec ses 2 jeunes
      Pour repérer leur liberté

      Donc
      J’attend pour lire le suivi de ton tour
      Tu seras en belgique fin juin?!?

      Bien à toi

  4. L’apprentissage de la lenteur et du long terme, je croyais que tu l’avais complété chez Amnistie, puisque le combat pour les droits humains est long, toujours à recommencer. On le voit aujourd’hui spécialement dans cette journée contre l’homophobie.
    Becs du Québec Luc !

  5. Merci de partager ton incroyable aventure ! Je profite de mon passage sur ton blog pour te souhaiter un très joyeux anniversaire ! Gros bisous. Céline

  6. Ça me ramène il y a 10 ans… Avec un ami nous avions fait le chemin de Compostelle…
    Je passe de temps en temps sur ton blogue qui me fait voyager. Et je te souhaite Buen Camino! Mais je vois que tu es déjà loin!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :